Résider à l'étranger


Les difficultés de vivre à l'étranger

Résider à l'étranger peut s'avérer difficile, comment trouver la force dans l'épreuve...


En discutant avec une amie, j’ai réalisé soudain que je suis venue en France depuis deux ans et demie.
Combien le temps passe vite !
Nous voulons donc faire une émission sur « résider dans un pays étranger ».


Les chinois sont un peuple très nostalgique. Des hommes de lettres jusqu’aux gens ordinaires, dès qu’on quitte la famille, on est toujours malade de son pays.
Je crois que c’est aussi ce que chaque étudiant chinois a fortement ressenti ici.
Loin de la famille, des amis, du cercle de connaissance ;
La langue maternelle et la culture deviennent marginales ;
Sans parler des bons plats préparés par maman…
Toute ces choses les plus ordinaires, habituelles au pays sont devenues précieuses, et suscitent des souvenirs.


Pendant les premiers jours après mon arrivée, j’était un peu troublée et ai perdu mon point de repère .
Quand ces choses familières ont été effacées, j’étais obligée d’inspecter au fond de moi-même afin de voir ce qui me reste pour ma vie.
Est-ce qu’il y a quelque chose d’éternelle, capable de surpasser le temps les circonstances, qui peut devenir le soutien et le fondement de mon cœur ?


Chers amis, c’est quand on quitte l’environnement familier qu’on connaît plus facilement soi-même et qu’on voit plus clairement le fondement de la vie passée.
C’est cela l’avantage de nos séjours à l’étranger.
Loin du cycle familier, nous ne vivons plus pour les regards et les pensées des autres, par exemple ceux de nos parents, de nos amis.
Mais nous allons nous repérer à nouveau dans la vie selon la voix de notre conscience, et répondre à ces questions les plus essentielles :
Qui suis-je ? pourquoi vis-je ? où vais-je ?
Je crois que tout ce qui réfléchit ainsi sur lui-même dans un environnement étranger, peut avoir une grande transformation de vie.


Ici , je voudrais prendre un exemple d’un personnage dans la bible, qui résidait dans un pays étranger. C’est quelqu’un que nous avons déjà parlé auparavant, Joseph.
Joseph est le fils préféré de Jacob. Celui-ci n’a jamais l’intention de cacher sa partialité.
Les frères de Joseph sont tellement jaloux de lui qu’ils le vendent comme esclave en Egypte, et ils disent à leur père que Joseph a été mangé par une bête .
La vie de Joseph a donc été beaucoup changé. Du fils préféré auprès du père, il est devenu un esclave dans un pays lointain.
Personne ne le connaît, les faveurs, la réussite, les sentiments du passé… tout est coupé, il ne reste que lui seul.
Chers amis, nous n’avons pas ressenti la même chose quand nous sommes arrivés en France ? voilà l’état de Joseph, et il est encore plus dépossédé de tout.
Mais ce qui est différent, c’est qu’il lui reste encore une fortune- compter sur son Dieu et crier vers lui.


Avant, il vivait sous l’abri de ses parents, maintenant il doit travailler dur avec ses propres mains pour pouvoir manger ;
Avant il était fier qu’il est le fils préféré, maintenant il doit surmonter son égocentrisme, et apprendre à voir les besoins des autres et à les servir ;
Avant son identité était le favori de son père, il considère lui-même comme ce que son père le voit.
Maintenant il append à discerner le bien et le mal selon sa propre conscience, et à vivre selon les lois de Dieu, pour qu’il soit droit et sans reproche devant Dieu ;
Avant il avait une vie sereine et heureuse, maintenant il a vécu toute sorte de méchanceté de l’homme : ses frères l’envient et le vendent, la femme de son maître le séduit, après être refusée elle l’accuse faussement et le met en prison…
Après avoir connu clairement le visage de ce monde , il apprend à les pardonner avec l’amour et la puissance de Dieu, pour que ses blessures intérieures soient totalement guéries.
Avant il s’est vanté devant ses frères du don d’interpréter les rêves donné par Dieu, et a suscité leur jalousie et trahison ,
Maintenant il sait comment utiliser le don de Dieu, il interprète des rêves pour pharaon, et rend gloire à Dieu en disant que tout vient de sa puissance, il est ainsi élevé de l’esclavage au gouverneur de l’Egypte ;
avant Dieu est pour lui celui à qui son père s’adresse ses prières, maintenant Dieu est le maître de sa vie, celui qu’il connaît et expérimente personnellement, celui qui le garde, qui a plein de bonté envers lui en tout temps.


C’est un cours de vie obligatoire donné par Dieu.
Les jours de souffrances, à cause de la présence et de l’instruction de Dieu, sont devenus les épisodes les plus remarquables de sa vie, et une richesse la plus précieuse.
La volonté merveilleuse de Dieu ne s’arrête pas là.
Quand toute la terre subit une grande famine, l’Egypte conserve le surplus de grains grâce à l’administration de Joseph.
Les frères de Joseph viennent en Egypte acheter du blé, et ils reconnaissent Joseph, ainsi toute la famille vient habiter en Egypte , et garder leurs vies dans la famine.


Les frères de Joseph sont troublés devant lui, Joseph dit avec bienveillance: « ne vous affligez pas, et ne soyez pas fâchés de m’avoir vendu pour être conduit ici, car c’est pour vous sauver la vie que Dieu m’a envoyé devant vous. »
Là Joseph est déjà quelqu’un qui connaît bien la volonté de Dieu, qui met à coté sa propre rancune, et rend grâce à Dieu en toute chose.


Chers amis, as tu réalisé que ce n’est pas par hasard que tu es là en France aujourd’hui ?
Dieu veut à travers cette expérience te construire, te faire connaître toi-même et sa volonté merveilleuse pour ta vie.
Ne sois pas dans la tristesse à cause des difficultés, des injustices, des blessures ; la Bible dit : « Dieu fait la plaie, et il la bande ; il blesse, et sa main guérit. »
Beaucoup de choses dans nos vies, comme l’orgueil, l’égocentrisme, la jalousie, la haine, la crainte, l’indifférence… si elles ne sont pas brisées, comment pourrons nous recevoir l’éternité ?


Dieu dit : « je connais les projets que j’ai formés sur vous, projets de paix et non de malheur »
La question est : est-ce que tu crois que la volonté de Dieu est de te construire , de te guérir et de te donner la paix ?
Crois tu son amour ?


Quand toute la famille d’Israël arrive en Egypte, pharaon demande à Jacob son age, celui-ci répond : « les jours des années de ma vie errante sont de cents trente ans. »
Le roi David dit aussi : « nous sommes devant Dieu des étrangers et des habitants…nos jours sur la terre sont comme l’ombre, et il n’y a point d’espérance. »
Ils disent tous qu’ils sont des étrangers dans ce monde, parce qu’ils savent qu’ils ont quitté une meilleure patrie , celle qui est céleste.
Ils songent à cette patrie, et sont convaincus qu’ils vont y retourner un jour.
Leur regard n’est pas attaché seulement à ces quelques dizaines d’années sur la terre, mais vise à l’éternité.
Comme leur espérance n’est pas dans ce monde, ils considèrent comme peu important ce que le monde peut leur donner, que ce soit les gloires ou les souffrances.
Mais ils comptent sur Dieu, les regards fixés sur lui, et désirent à avoir une vie sans reproche devant Dieu, et à lui faire plaisir.
Moise prie Dieu ainsi : « Seigneur, tu as été pour nous un refuge, de génération en génération ».
Il sait qu’il n’y a que Dieu qui est le refuge de notre âme, qui peut nous donner un repos paisible.


A la fin, nous voulons dire que nous pouvons être dans notre pays, mais nous sentir comme un étranger.
Ou nous pouvons être à l’étranger, mais le cœur résidant dans sa patrie.
Pourquoi cela ?
Parce que nos cœurs cherchent toujours un endroit à aborder, une patrie de l’âme, dès qu’ils ne l’ont pas trouvé, ils ne sont pas satisfaits.
Cette patrie de l’âme n’appartient pas à ce monde, le monde ne peut pas donner.
Cette patrie est auprès du père céleste, qui nous attend depuis toujours à rentrer à la maison.
Depuis la genèse, père céleste ne cesse de crier vers ses enfants qui s’éloignent de lui, et le fuient : « où es tu ? »
Quand tu reviens à la maison ?


Un jour, cet appel est arrivé à moi.
Quand j’ai compris ce cœur de père derrière cet appel, je l’ai répondu ardemment.
Et quand j’ai répondu, mon cœur a été aussitôt rempli d’amour et de paix qui vient du père, et j’ai compris que je suis revenue à la maison.
J’avais cherché longtemps, mais à ce moment là, mon cœurs m’a confirmé en toute clarté : je suis arrivée à la maison.
Il y a père céleste auprès de moi, il y a le ciel dans mon cœur, n’importe où je vais, mon cœur est toujours à sa patrie. Car rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu.