Le pardon


Améliorer les relations

Des guerres entre des nations aux disputes incessantes entre des couples, nous voyons que presque tous les problème de relation humaines sont issus du manque de pardon.




Bonsoir à tous,
Nous espérons que vous allez passer une bonne soirée en notre compagnie.
Vous êtes bien sur l’émission franco-chinois Yesuaini.
Aujourd’hui nous voyons de partout dans le monde, des conflits, des guerres dans toutes les échelles de la société.
Que pouvons nous faire à cela ? Pas grand chose, vous allez me dire, en fait si, nous pouvons faire quelque chose.
J’ai à cœur de vous partager ce soir sur la nécessité du pardon.
Tout à bord se pardonner à soi même, pardonner à ceux qui nous entourent, notamment à nos membres de familles, à nos amis, à ceux qui nous sont chers.

Des guerres entre des nations aux disputes incessantes entre des couples, nous voyons que presque tous les problèmes de relations humaines sont issus du manque de pardon.
Ce qui est le plus horrible, ce n’est pas d’avoir blessé quelqu’un ou d’avoir déchiré une relation ;
C’est de laisser demeurer toutes les amertumes et les peines dans le cœur et de refuser de pardonner ; c’est comme si une semence de poison s’enracinait et germe à l’intérieur, plus les années passent, plus c’est difficile de l’arracher.
La seule ordonnance pour cette maladie opiniâtre est le pardon.

Quand Jésus parlait avec ses disciples au sujet du pardon, il a dit : « tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel. » (Matt18 :18)
Quand nous refusons de pardonner quelqu’un, c’est comme si nous le liions avec des cordes et le contraignons devant Dieu ; si nous le pardonnons c’est comme si nous le déliions et le libérons devant Dieu.

Je veux d’abord aborder le problème de la culpabilité. Souvent une personne est remplie de culpabilité quand elle n’arrive pas à se pardonner.
C’est possible qu’elle soit vraiment coupable ; ce qui est fait est fait, elle n’arrive plus à accepter elle-même telle qu’elle est.
Ça se peut aussi qu’elle n’ait rien fait de mal, par exemple quelqu’un qui n’a pu rien faire pour empêcher un drame, il se culpabilise en pensant qu’il aurait dû faire quelque chose.
On peut même avoir de la culpabilité de ne pas être à la mesure des rêves de nos parents, de ne pas être comme le top modèle des magazines, de ne pas être un héros.
Inconsciemment beaucoup de gens ont de la culpabilité, mais on essaie souvent de la cacher d’une manière ou d’une autre.
Une des solutions que l’homme préfère pratiquer c’est celle de faire « table rase », c’est à dire d oublier le fait, les situations, mais ce n’est pas une bonne solution.
Car l’inconscience n’oublie pas ces choses, et elles restent cachées dans le cœur.
Plus les années passent, plus le passé, les péchés ont un poids important dans nos vies.

A vrai dire, personne ne peut se pardonner soi même.
On a tous des choses à se reprocher, personne n’est juste devant les autres et surtout devant Dieu.
Nos fautes, nos péchés sont comme un poids lourd qui nous empêche d’avancer.
Des fois, nos fautes et leurs conséquences nous perturbent, et reviennent à notre esprit.
C’est dans la mesure que l’on connaît Jésus, son pardon immesurable, vivant le fait qu’il nous a tout pardonné, que nous pouvons et nous devons nous pardonner nous même. …….

Il est important de connaître ce pardon de Dieu, et de se pardonner.
La Bible dit : Heureux celui à qui la transgression est remise, à qui le péché est pardonné ! Heureux l’homme à qui l’Eternel n’impute pas l’iniquité, et dans l’esprit duquel il n’y a pas de fraude !(Ps32 :2,3)
Je voudrais vous partager quelques expériences que j’ai vécues.
J’avais une enfance assez difficile. Dieu a dû faire beaucoup de travails dans mon cœur au niveau du pardon, pour qu’aujourd’hui je puisse être délivré du passé et vivre dans la paix et la joie.
Il m’a appris combien c’est nécessaire de pardonner les autres.

En 1990, mon père est décédé, dans des circonstances difficiles, il a mis fin à ses jours.
Je n’ai su que cette année, avant je ne savais pas qu’il s’était suicidé, je savais juste qu’il avait pris un médicament trop fort pour lui.
En 1998, j 'ai fait un rêve qui me semblait très proche de la réalité, mon père était en face de moi, il me demandait si je lui pardonnais.
Je lui ai dis oui, puis on s’est serré dans les bras et on a pleuré ensemble.
Depuis cette époque, je sais que le pardon est une décision. Ce rêve m’a beaucoup guéri intérieurement.

Pendant des années de vie chrétienne, Dieu m a souvent montré d’aller demander pardon à ma mère, sur une situation où à l’age de 10 ans j’ai dit à ma mère « Je te déteste ».
A chaque fois je remettais à plus tard cette décision de lui demander pardon, je trouvais toutes sortes d’excuses pour ne pas le faire.
Mon problème, c’est que je comprenais la volonté de Dieu, mais que je ne voulais pas décider de faire ce pas.
Cela a été un blocage dans ma marche avec le Seigneur pendant des années.
Une fois décidé, j’ai envoyé une lettre à ma mère qui est au nord de la France, et cela a enlevé beaucoup de barrière entre moi et ma mère, et cela permet un approfondissement de l’œuvre de Dieu dans sa vie.

Toujours a l age de 10 ans j ai vécu une expérience qui m a beaucoup marqué.
Je revenais de colonie chrétienne de vacances et j’avais entendu parler du pardon.
Auparavant je me battais souvent avec un camarade africain, à chaque récréation on se battait.
Un jour il voulait me donner un coup de pied et il est tombé, il voulait me faire mal, et maintenant il était par terre, cependant j’ai entendu une voix à l’intérieur de moi qui me disais de lui demander pardon.
Je lui ai demandé pardon et je l’ai aidé à se relever, ensuite notre relation a radicalement changé, nous sommes devenus très amis.
Ensuite je suis venu vivre chez ma grand-mère, je ne l ai revu que 5 ans plus tard, il m’a dit : je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi tu m’as demandé pardon.
Je sais que je ne l’ai pas fait par moi-même ; c’est l’Esprit de Dieu qui m’a parlé avec une tendre voix et qui m’a convaincu.
Jésus a dit : vous avez entendu qu’il a été dit : œil pour œil, et dent pour dent. Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe la joue droite, tends-lui aussi l’autre.
Cet enseignement de Jésus dépasse toute intelligence humaine. Mais en l’obéissant et suivant ce qu’il a dit, j’ai obtenu un résultat que je n’aurais jamais pu par mes propres moyens.
Il nous a non seulement dit de ne pas venger, mais d’aimer notre ennemi.
Cela n’est pas possible si nous ne passons pas d abord par lui offrir un pardon inconditionnel.
Quand nous agissons ainsi, la Bible dit que c’est comme si nous amassions des charbons ardents sur sa tête.

Un jour j’ai fait un rêve qui m’a encouragé à demander pardon aux autres, surtout aux membres de ma famille, et à faire attention aux détails de ma vie qui peuvent blesser les autres.
J’étais dans une salle de tribunal, j’étais la personne sur les bancs d’accusé, et une à une je voyais des personnes venait témoigner contre moi, des offenses que je leur avais faites.
Des fois ils témoignaient de petits détails, et d autres fois de choses plus importantes.
C’était dur pour moi de voir des personnes que j’aimais, et qui m’aimaient, venir témoigner de choses vraies que je leur avais fait.
Quand je me suis réveillé, j’étais troublé et je réfléchissais sur le jugement dernier qui aura lieu à la fin des temps.
Car « Au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine, qu’ils auront proférée. »
Et le plus souvent, je blesse des personnes avec mes paroles.
A partir de là, j’ai décidé de ne pas laisser de choses entre les autres personnes et moi-même.
Je réalise aussi que souvent je blesse les gens inconsciemment, et une sorte de barrière se glisse entre moi et la personne.
Je considère aussi les offenses que les gens me font, je fais attention de les pardonner, afin d’éviter toute barrière entre moi et les autres.

Souvent on reproduit inconsciemment notre modèle familial dans nos relations avec les autres, c’est aussi pour cela qu’il est important de mettre les compteurs à zéro avec nos proches.
Des fois il est encore plus difficile de les pardonner, car ce sont souvent les plus proches qui nous blessent le plus. Mais le pardon est avant tout une décision, l’émotion suit.

La Bible dit que les bontés de l’Eternel ne sont pas épuisées ; elles se renouvellent chaque jour.
Chaque jour que Dieu fait est un nouveau départ, avec lui dans notre relation, tous nos péchés sont pardonnés.
De même nous devons aspirer à suivre son exemple envers quiconque nous offense.
L’une des clés du royaume de Dieu est le pardon, si tu veux voir l’œuvre de Dieu grandir dans ta vie et dans ta famille, tu es obligé de passer par cette étape de pardonner comme ton Père céleste te pardonne.
Tu peux d’abord décider, ensuite prier simplement, peut-être Dieu te montrera qu’il te faut écrire une lettre, écrire un mail, prendre le téléphone, ou aller voir la personne.
Que Dieu t’aide et te bénisse.
Nous allons maintenant prier.


(Psaume 103 – 8-13) : L'Eternel est miséricordieux et compatissant, Lent à la colère et riche en bonté; Il ne conteste pas sans cesse, Il ne garde pas sa colère à toujours; Il ne nous traite pas selon nos péchés, Il ne nous punit pas selon nos iniquités.
Mais autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant sa bonté est grande pour ceux qui le craignent; Autant l'orient est éloigné de l'occident, Autant il éloigne de nous nos transgressions.
Comme un père a compassion de ses enfants, l’Eternel a compassion de ceux qui le craignent. Car il sait de quoi nous sommes formés, il se souvient que nous sommes poussière.